Archives67

Infundibulum (2009)

juin 10 2009 Sophie Tessier

 

Happés par “l’infundibulum”, entonnoir géant aux parois de bois, acrobates et musiciens s’engouffreraient dans les méandres d’un inconscient vestimentaire et sensoriel. Un homme aurait étalé là toute sa garde-robe de souvenirs, hantée par une galerie de personnages mystérieux, fantômes aimés et rejetés, pantins complices et manipulés. Ils se lieraient, s’effaceraient, se rapprocheraient, posant pour des tableaux éphémères, unis dans une quête indéfinie.

L’acrobatie serait mise au service d’une mécanique de savant fou, machinerie omniprésente, entêtante, éreintante. La musique se déroulerait, inlassablement, pour envelopper élans et suspensions dans une même bulle. Et la chute serait inévitable, comme si les agrès de cirque, mât, poulie, balles de jonglage, étaient autant de pièges tendus à la rêverie des uns, à l’obstination des autres.

Toute tentative de fuite ou d’ouverture serait un échec. Jusqu’à l’envol ultime.

 

Ballet de rage et de tendresse mis en mouvement par Mauro Paccagnella, Infundibulum réunit 8 acrobates et 3 musiciens autour d’une scénographie monumentale, architecture de bois et de métal suspendue en fond de scène. Un langage acrobatique et chorégraphique singulier se dessine le long de ses pentes vertigineuses. Une série de tableaux, éléments de notre mémoire collective ou de nos inconscients subjectifs défile, sur le fil, entre réel et imaginaire, entre folie et fragilité. Par des détours inattendus, Infundibulum trouble et touche, contournant le grandiose pour retourner à l’intime. Se perdre en chemin serait suivre sa route.

 

Ce qu’en dit la presse

 

Infundibulum allie force et légèreté, ambiance baroque et ligne claire, puissance et élégance. Personnelle, la mise en scène de Mauro Paccagnella mêle habilement féminité, masculinité et animalité. L’empreinte de Philippe de Coen se retrouve elle aussi dans le spectacle. Son détournement de la balançoire russe ou son étonnante structure en bois enrichiront l’histoire du nouveau cirque.

Laurence Bertels – La Libre Belgique

 

Ils semblent être tombés du ciel et avoir gardé de leur passé quelques super-pouvoir leur évitant la chute fatale. Pourtant, en matière de super-pouvoir, ils ne peuvent se raccrocher qu’à eux-mêmes. A leurs formidables aptitudes acrobatiques, à leur élégance, leur force, leur exigence de perfection et la cohésion du groupe.

On retrouve là toute l’exigence de cette troupe qui, avec Liaisons Dangereuses, Calcinculo et Le Vertige du Papillon nous avait déjà livré de splendides spectacles mêlant arts du cirque, forme théâtrale ou chorégraphique et musique en direct. Pour Infundibulum, cette dernière a été confiée à Olivier Thomas. Et c’est un petit bijou, interprété par un percussionniste, un tromboniste et un joueur de vielle apportant à l’ensemble un son unique.

Jean-Marie Wynants – Le Soir 

 

Voici un spectacle de cirque qui fait la part belle à la musique et à la danse autant qu’aux agrès. Mauro Paccagnella a eu à cœur de mêler ses talents de chorégraphe et de scénographe pour cette création sur le siège des émotions et des vibrations. Les artistes ébahissent le public avec leur capacité à rendre non démonstratif mais coulé dans la danse leurs qualités techniques de balles, de drap, de trapèze.

Bérengère Alfort – Danser

 

Vidéo

 

 

Générique

 

Chorégraphie et mise en scène Mauro Paccagnella

Direction artistique Philippe de Coen

Regard artistique Anne Ducamp

Direction musicale Olivier Thomas

Conception scénographique Anne Ducamp, Philippe de Coen et Bruno Renson

Ingéniosité et construction Bruno Renson

Direction technique, ingénieur du son Nicolas Haber

Création Lumière Philippe Baste, Serge Simon, Gaëtan van den Berg

Costumes Françoise Van Thienen, Marie Nils

Régie lumière Serge Simon

Garçon de piste Luis Vergara Santiago

Régie générale Pierre Robelin

Intervenants techniques de cirque et mouvement Yuri Sakalov, Alessandro Bernardeschi, Foucault Falguerolles

Administration Leïla Di Gregorio

Production et développement Céline Maufra

Diffusion et communication Sophie Tessier

Acrobates Mathieu Antajan, Anke Bucher, Loïc Faure, Julien Fournier, Pascale Loiseau, Jean-Pierre Pagliari, Thomas Perrier, Anne Pribat.

Ont participé à la création : François Dethor, Elise Legros et Kiluangi Runge.

Musiciens Marc Anthony (vielle à roue électroacoustique), Olivier Hestin (percussions), Adrien Lambinet / Dree Peremans (trombone).

 

Spectacle produit par Feria Musica asbl, en coproduction avec l’Agora, scène conventionnée de Boulazac (F) • Charleroi/danses, PBA+EDEN (B) • Le Cirque-Théâtre d’Elbeuf (F) • La Coursive, scène nationale de La Rochelle (F) • Le Cratère, scène nationale d’Alès (F) • l’Espace des Arts, scène nationale de Chalon-sur-Saône (F) • La Maison de la Culture de Tournai/ PLÔT (B/F) • Le Phénix, scène nationale de Valenciennes (F) • Le Sémaphore, scène conventionnée de Cébazat (F)

Avec le soutien du Ministère de la Communauté française Wallonie Bruxelles (Direction générale de la Culture, Service général des Arts de la scène, service du Cirque), de la Loterie Nationale, de la Fondation BNP-Paribas et des Halles de Schaerbeek, Bruxelles. Avec l’aide de Trapèze asbl.

Remerciements : Benoît Louis, Luke Vanstiphout et l’équipe du Centre communautaire de Joli Bois (B), l’équipe de la Roseraie (B).

 

© Photos Guy Baudoin, Antoinette Chaudron, Amandine Dooms, Stéphanie Friedli, Frédéric Latinis
 
 

This post is also available in: Anglais