La Compagnie64

Philippe de Coen

juin 09 2010 Sophie Tessier

Philippe Bio

 

Son parcours, Philippe l’a effectué dans le cirque le plus traditionnel, de Bouglione à Zavatta, jusqu’au plus moderne. Il retient notamment l’expérience vécue en tant que trapéziste avec Michèle Anne De Mey : la création de Pulcinella d’Igor Stravinski avec un orchestre dirigé par Georges-Elie Octors, accueilli en juin 1994 au Théâtre de la Ville de Paris.

 

Cofondateur de Feria Musica en 1995 et directeur artistique, Philippe était également trapéziste dans son premier spectacle, Liaisons Dangereuses ; dans le suivant, Calcinculo, il était encore sur scène, mais les deux pieds ancrés au sol et ce sera son dernier spectacle sur le plateau. La longue tournée du Vertige du papillon lui inspire le spectacle suivant, Infundibulum,  qu’il conçoit et écrit avec son épouse Anne Ducamp. C’est suite à la création de Infundibulum que Philippe reçoit le Prix SACD 2010 du spectacle vivant pour le renouveau apporté en Belgique, en termes d’écriture et de traitement des agrès.

 

Sinué voit le jour en 2012 et Philippe signe une nouvelle collaboration avec Anne Ducamp et le chorégraphe Mauro Paccagnella, s’inspirant pour la première fois d’une narration existante (le conte illustré Petit Jules de Anne Ducamp) pour créer une œuvre poétique et sensorielle.

 

Son goût pour les défis et la confrontation des arts du cirque aux multiples disciplines artistiques le mènent en 2014 à réunir l’écrivain Laurent Gaudé, le compositeur Kris Defoort, le metteur en scène Fabrice Murgia et l’ensemble VOCAAL LAB autour de la création d’un opéra circassien contemporain, Daral Shaga.

 

Après 20 ans à la direction artistique de Feria Musica, Philippe de Coen décide de terminer son aventure circassienne avec la fin de la tournée de Daral Shaga, à l’été 2017.
Une belle et longue aventure qui a mené le cirque contemporain belge aux quatre coins du monde. Elle fut riche en collaborations, en rencontres artistiques, riche de six créations mêlant bien des univers différents mais toujours avec le souci de parler du monde et de son humanité.

Aujourd’hui, Philippe a à cœur que le cirque, en tant que langage artistique à part entière, reste un espace de création où tout peut se réinventer, un lieu ouvert, propice à la rencontre de toutes les disciplines artistiques.

 

 

This post is also available in: Anglais