Chanteurs55

Le chant, le coeur et le corps

nov 19 2014 Sophie Tessier

_DSC4094-nef_1000px(R)_webOptim

Interview avec Michaela Riener, jeune mezzosoprano autrichienne, initialement pianiste et pédagogue, pour qui le chant sort directement du cœur.

 

Comment as-tu décidé de devenir chanteuse ?

J’ai commencé des études pour enseigner la musique, alors que j’étais pianiste à Vienne. Je chantais déjà et je me suis mise à étudier « les pédagogies du chant ». Puis je suis venue à le Haye pour une seule année au départ, j’ai découvert la « early music » là-bas. J’étudiais toujours le piano et je me demandais si c’était une bonne chose pour moi. J’ai passé l’examen d’entrée et j’ai été prise, donc c’était décidé ! Je suis restée à la Haye and j’ai terminé mes études de chant classique et de chant ancien. J’ai commencé à chanter un répertoire contemporain pendant mes études, ma voix s’y prêtait parce qu’elle est droite, sans vibrato. Par le chant je peux transmettre des choses que je ne pourrais transmettre d’aucune autre façon. Même quand je joue du piano, c’est différent. C’est plus personnel, ça sort du cœur, du corps.

A Vienne, je n’avais jamais imaginé devenir une artiste. Et quand je suis venue à la Haye, via le conservatoire, les rencontres, les professeurs, j’ai rapidement travaillé en tant que chanteuse, ce qui est une bonne chose. Le passage entre les études et le monde du travail a été plutôt fluide.

 

Comment as-tu rencontré Silbersee et Romain Bischoff ?

J’ai auditionné. Je les connaissais depuis un moment parce qu’ils sont connus dans le milieu de la musique contemporaine.

 

Quelle a été ta réaction quand Romain t’a parlé de Daral Shaga ?

J’ai lu la description du projet et c’est un thème tellement actuel, un thème lourd mais c’est essentiel d’en parler. Cela concerne tellement de gens, c’est une vraie question et cela importe. Je me sens touchée par ce sujet. J’ai aussi été très impressionnée et émue par le livre Eldorado.

 

Comment s’est passée la création pour toi ?

Le travail a été très facile, c’est tellement intéressant quand tu commences à connaître un groupe et que tu vois comment il se met au travail, comment les gens se réunissent autour d’un projet. J’ai eu beaucoup d’expériences similaires par le passé et celle-ci a été simple. J’avais travaillé avec des danseurs avant et j’ai toujours admiré ce qu’ils font, ce qu’ils sont capables d’exprimer avec leurs corps, comme les acrobates, c’est juste fascinant ! Et exprimer quelque chose ensemble au final, c’est fantastique.

This post is also available in: Anglais