Archives67

Le vertige du papillon (2004)

juin 10 2004 Sophie Tessier

 

Libéré de sa chrysalide pour une seule journée de vie, lorsque le papillon regarde le monde c’est au travers d’un prisme de couleurs trop vives. Et ce que l’on prend trop souvent, alors, pour une danse élégante qu’il effectuerait, insouciant, d’arbre en fleur, n’est en fait que le symptôme de son vertige : l’instant qui précède sa chute.

 

Troisième spectacle de la compagnie de cirque-théâtre Feria Musica, Le Vertige du Papillon dresse la rencontre de sept acrobates-voltigeurs et quatre musiciens, entre harmonie et turbulence, envol et déséquilibre ; entre chute… et rebond. Ensemble ils se confrontent à l’instabilité, la relatent et la conjuguent en d’infinies variations : je te saisis à bras-le-corps, tu te perds en un vol suspendu, il ou elle surgit du trampoline, nous dansons… Ensemble ils se plaisent encore à déjouer le cirque jusque dans ses interdits : celui, justement, de l’acrobate soumis à un vertige irrépressible. Puis la danse naît de sa chute, et le cirque renaîtra de la danse. Alors, et si tout cela rend le spectacle quelque peu « impur » et impossible à qualifier, il est réellement total : à la fois successif et simultané.

 

Chorégraphié par Fatou Traoré, Le Vertige du Papillon mêle en un tournemain musique, danse et cirque, dans un espace scénique enrichi de multiples possibilités, garni de trappes et d’issues secrètes. Quelque part entre le ciel et la terre se dressent des mâts, un cadre aérien ; un plan incliné se dessine, un plateau de danse amovible révèle un trampoline… Les rencontres se font, éphémères, dans un mouvement interrompu ; le déséquilibre offre de nouvelles trajectoires, déclenche une série d’événements, suscite l’intervention de diverses techniques de cirque : jonglerie, tissu ballant, mât chinois, voltige. Et toujours, dans une circulation incessante des corps, transparaît le chatoiement d’une aile de papillon.

Raphaël Péaud – avril 04

 

 

Ce qu’en dit la presse

 

Avec ce « Vertige du Papillon », on entre dans un monde sans gravité…dans tous les sens du terme ! … La chute ainsi jouée et dansée a pris de nouvelles trajectoires, de belles envolées entre rêve et réalité… Le public se laisse prendre encore par la musique « jazz-world ». Nul doute, entre les Circassiens et les musiciens l’alchimie s’opère. (…) Voilà un spectacle qui va séduire bien au-delà d’un public amateur de cirque !

Petra Wauters – L’Observateur (16/01/2004)

 

Le vertige du Papillon a rempli son contrat : étonner, surprendre, émerveiller.(…) Les tableaux se succèdent, tous différents, toujours plus surprenants, tel ce final de voltige aérienne combinée et rehaussée d’un trampoline central. Renversant ! …Le Papillon, créé dans le cadre de Lille 2004, a incontestablement réussi son envol.

La Voix du Nord (18/01/2004)

Le déséquilibre crée le mouvement en danse et l’équilibre est règle d’or au cirque. Ensemble Philippe de Coen et Fatou Traoré ont voulu explorer la richesse du vacillement pour mener le spectateur au vertige final. (…) Il en ressort une création empreinte de fraîcheur et ponctuées d’instants d’intensité. ..

Laurence Bertels – La Libre Belgique (08/03/04)

 

On tient là un remarquable spectacle de cirque actuel mais aussi un des plus beaux spectacles de danse contemporaine de ses dernières années. Ainsi Fatou Traoré et son équipe nous entraînent dans un ballet magique et poétique où les gestes les plus réalistes semblent soudain sortir d’un rêve éveillé. Humour, complicité, maîtrise du mouvement et de l’espace sont quelques-uns des éléments de base de cette construction à la fois délicate et parfaitement architecturée jusque dans son utilisation d’une scénographie astucieuse réservant nombre de surprises…

Jean-Marie Wynants – Le Soir (10/03/04)

 

 

Vidéo

 

 

 

Générique

 

Chorégraphie et mise en scène Fatou Traoré

Direction artistique Philippe de Coen

Direction musicale François Garny

Composition et arrangements François Garny, Manuel Hermia et Benoît Louis

Conception scénographique et réalisation Philippe de Coen, Bruno Renson et Serge Simon

Création lumière Philippe Baste

Ingénieur du son Nicolas Haber

Costumes Françoise Van Thienen, assistée de Delphine Joly, Marie Nils, Serge Simon et Sylvie Thevenard.

Régie lumière Serge Simon

Régie plateau Arnaud Bernard

Administration Benoît Louis

Diffusion & communication Céline Maufra

Acrobates Gaël Bernier, Anke Bucher, Linde Hartman, Anna Nilsson, Serge Lazar, Kiluangi Runge, Niels Seidel

Musiciens François Garny, Manuel Hermia, Benoît Louis, Miguel Sanchez, Michel Seba

Formateurs-intervenants danse Oliver Koch, Samuel Lefeuvre, Roberto Oliven, Fatou Traoré, Michèle Yang.

Formateurs-intervenants cirque Slava Kukushkin, Stéphanie Lamoureux, Yuri Sakalov et Philippe Van de Weghe.

 

Spectacle produit par Feria Musica, en coproduction avec La Coursive, scène nationale de La Rochelle (F), Le Phénix, scène nationale de Valenciennes (F – en partenariat avec Lille 2004, Capitale européenne de la culture), Les Arts à la Rencontre du Cirque, Ville de Nexon, Haute-Vienne/Limousin (F), Le Pôle cirque Cévennes/Cratère, scène nationale d’Alès (F), Les Halles de Schaerbeek (B), La Maison de la Culture de Tournai/Circulons! (B/F), La Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre (F), Agora, scène conventionnée de Boulazac (F), Het Huis voor Kunsten op Straat, Neerpelt (B)

Avec le soutien de la Communauté française Wallonie-Bruxelles (Service des Arts de la Scène, Comité de Coordination « Lille 2004 » et Commissariat Général aux Relations Internationales), de la Loterie Nationale et de la COCOF.

Remerciements au Centre Communautaire de Joli-Bois et à la Commune de St Gilles (Bruxelles)

 

© Photos Vincent Rahier, Frédéric Latinis, Pascal Ducourant, Antoinette Chaudron
 
 

This post is also available in: Anglais